UA-32269020-1

BIO


 

  • Son folk emprunte à la musique traditionnelle québécoise des sonorités d’harmonica et de guitares acoustiques.  Un cocktail auquel s’ajoute  l’influence des peuples natifs et la couleur des multiples sonorités inspirées de ses périples autour du monde. Sur des thèmes personnels et profonds sont exprimés des mélodies accrocheuses qui reflètent l’ampleur d’une démarche d’écriture inspirée par la nature. 

 

Biographie de Sylvain Lamy (courte)

Sac à l’épaule, guitare à la main et un harmonica dans la poche, Sylvain Lamy est un ACI qui dépeints les paysages et les sentiments humains. Imprégnés par des souvenirs issus des quatre coins du monde, la vie de ce multi-instrumentiste et amateur de plein air, est parsemée d’une longue série de voyages guidés par une quête du beau et du grand.

 Né sous le signe de l’aventure en 1963, il a tôt fait de définir sa marque de commerce en utilisant la nature comme lieu d’inspiration puis de prestation. À la fois parolier, auteur, et compositeur, le musicien qui l’habite explore sans relâche de nouveaux instruments et chante voir déclame ses aspirations, ses peines et ses joies. Puis, il est sélectionné au « 19th Castlebar International Song Contest » en Irlande avec sa CHANSON D’ÉLISE, et delà propulsé dans le milieu musical où sa carrière s’amorce véritablement.

Tout en peaufinant son oeuvre, il devient Bachelier Es Art en Jeu en 1992 suivi de chargé de cours à l’UQAM «La chanson en Spectacle » pour le même département. Par la suite, Sylvain Lamy endosse le titre directeur général et artistique du théâtre de l’Ollonois (1994 à 2008) ; Un levier avec lequel il mettra sur pied en 1996, un concept théâtral écologique et historique des plus novateur  -un théâtre en rivière- qui produira la série des Aventures du Capitaine Dubord, un concept vue par plus de 10 000 spectateurs et récipiendaire de nombreux prix.

Dorénavant actualisé dans son métier d’acteur, il revient progressivement sur la scène musicale où il fait des prestations remarquées entre autre en Californie au Cerritos Center for Performing Art (Loves of Centuries), en Thaïlande, puis à Durban, en Afrique du Sud en 2011, où il présente « Le dernier paysage enneigé » seul au piano lors du Word Vegan World Peace lors des pourparlers du COP-17 sur le réchauffement climatique.

Aujourd’hui défini par les traces de la vie, cet homme qui marche en marge produit une musique qui reflète ses multiples influences à la fois inspirée des peuples natifs, de ses racines québécoises et des sonorités du monde. Celui pour qui la cause est bien souvent plus grande que soi chante le beau sur des thèmes sentis où sont exprimés des mélodies accrocheuses qui reflètent l’ampleur d’une démarche inspirée par la nature. Ainsi, Le grand marcheur du sable, titre de son premier album coule et apaise celui qui le laisse entrer dans sa tête. Sur des sonorités d’harmonica et de guitares acoustiques folk, vous découvrirez une musique traditionnelle québécoise dont le style musicale s’apparentes au folk contemporain et dont les textes poétiques sont imprégnées de paysages, de nature, de cultures et de mémoires à préserver.

 

 

Biographie de Sylvain Lamy (longue)

Né à Montréal en 1963, le jeune Sylvain démontre rapidement un engouement tout particulier pour les instruments. Très tôt, il suit des cours privés d’orgue et anime la famille avant d’entreprendre les soirées mondaines des fêtes municipales. Toutefois, c’est à l’adolescence qu’il s’empare du répertoire folk pop français et américain et commence doucement à se définir comme auteur-compositeur-interprète.

Multi-instrumentiste et amateur de plein air, il entreprend, âgé d’à peine la majorité, le premier d’une longue série de voyages. Ainsi, c’est le sac à l’épaule, la guitare à la main, une flute traversière sous le bras et bien sûr, un harmonica dans la poche, qu’il parcourt les décors majestueux de l’ouest canadien. Devant la plénitude des montagnes, il affine sa voix, écrit des poèmes et compose ses premières bribes de chansons. À son retour, il se produit comme interprète soliste sur la scène québécoise, et devient membre du groupe latino-américain Aconcagua avec lequel il manifeste musicalement pour la paix et des causes humanitaires.

Tout en complétant son DEC en sciences humaines, il est engagé comme amuseur publique, où il plonge dans l’écriture du théâtre musical, compose les chansons et participe à l’écriture d’une douzaine de pièces pour enfant. À 20 ans, il est sélectionné à titre d’auteur-compositeur-interprète en tant que premier représentant canadien au 19th Castlebar International Song Contest en Irlande (1984) avec «Chanson d’Élise». Visitant le sud de l’Irlande en voyageur solitaire, il poursuit son voyage en France, en Italie et en Grèce où il chante sur des sites naturels et historiques. Il finit par se réfugier en Crête où il se consacre à l’écriture de son répertoire, des chansons douces et sensibles, aux mélodies simples et pures.

À son retour au Québec, il compose la chanson thème du film de l’expédition du Mont Torngat « C’est notre année » et chante sa « Chanson d’Élise » lors d’un Hommage aux Bénévoles aux côtés de Nicole Martin et André-Philippe Gagnon. Cette même année (1985), il reçoit le Prix du Premier Ministre du Canada pour sa Contribution exceptionnelle à titre auteur-compositeur-interprète pour avoir représenté le Canada en Irlande lors de l’Année Internationale de la Jeunesse.

Véritable coup d’envoi, il se produit désormais sur la scène musicale Montréalaise et assume ses nouvelles compositions « Un bouquin sur tes yeux» lors de diverses premières parties, dont celle Véronique Béliveau. Puis, il complète sa formation avec un certificat d’études en Créativité à l’Université de Montréal et des cours de compositions au piano avec Pierrette Pépin.

Tout en peaufinant son oeuvre, il s’implique corps et âme à la défense des milieux naturels. Durant cette période (1986-1992), il fait des prestations remarquées (Contact Ontarois, Laval en Fleur, Festival Populaire du Québec). Puis il  se produit en pleine nature sous le signe de l’aventure ; une niche voir une spécialité qui deviendra sa marque de commerce.

À 27 ans, il entre en Art dramatique (jeu) à l’Université du Québec à Montréal où ses qualités d’auteur-compositeur-interprète sont maximisés et prennent de nouvelles tangentes dans l’univers de la théâtralité. Le parolier devient auteur ; le compositeur créé des chants, des musiques et des ambiances ; le musicien joue de nouveaux instruments et l’interprète chante, déclame et joue !  Lui qui croyait utiliser le théâtre pour servir la chanson, ce sera la chanson qui servira le théâtre. Passionné et stimulé par ce foisonnement créatif et toujours à l’affût de nouvelles connaissances, il participe à de nombreuses productions où ses talents d’homme orchestre sont exploités.

S’en suit une période de création intense où, avec sa troupe de l’époque, il fondera le Théâtre l’Ollonois en 1992. Un théâtre auquel il donnera un peu plus tard une vocation interactive, patrimoniale voir fantastique et duquel il assumera à la direction générale et artistique.

Entre temps, il prend la charge de cours de Jacqueline G. Salvas « Chanson en spectacle » à UQAM où il enseigne l’art du théâtre gestuel et musical. En même temps, il entre dans de la Ligue Globale d’improvisation, fait de l’Impro Jazz Théâtre et assiste Larry Tremblay comme percussionniste-chanteur dans son cours de danse indienne Kathakali à l’UQAM. À cette époque, il participe également à titre d’auteur, de musicien, de compositeur et de concepteur sonore à plusieurs productions théâtrales montréalaises professionnelles.

Puis le concept théâtral écologique et innovateur du théâtre en rivière de l’Ollonois explose avec la série des Aventures du Capitaine Dubord. Vue par près de 10000 spectateurs et récipiendaire de nombreux prix, le théâtre occupera l’artiste pendant presqu’une dizaine années. Auteur des textes, des musiques et des paroles, metteur en scène et interprète principal des productions, Sylvain personnifie le Capitaine Dubord à maintes reprises lors de toutes sortes d’événements culturels de1997 à 2008.

Graduellement dégagé de la gestion administrative du Théâtre et actualisé dans son métier de comédien, Sylvain se consacre dorénavant et presqu’ exclusivement à la chanson.

Puis en 2010 la terre tremble en Haïti et Sylvain repart, invité par l’association humanitaire SMCHIA, pour apaiser les cœurs et les esprits. Ainsi équipé de son micro et de son ampli de guitare, il chante réconfort et joie aux victimes du tremblement de terre. À son retour au Québec, il fait un tour de chant à la Butte Saint-Jacques « concert intime » pour partager ses chansons et son expérience. Toutefois, avide de perfectionnements, il entreprend des stages en écriture avec Robert Léger, afin de peaufiner les chansons de son album en devenir.

Toujours prêt à reprendre sa valise, il se rend ensuite à Los Angeles pour chanter en duo avec Marie-Josée Rose-Lavoie lors du concert Love of Centuries. Pour l’occasion, Sylvain compose la musique sur une adaptation française du poème « To Prince » de la leader humanitaire Maître Ching Hai. La prestation sera diffusée internationalement sur la chaîne web SMTV et localement à LA.

Deux mois plus tard, la version asiatique de Love of Century est reprise à Bangkok et donne lieu à un autre concert dans lequel Sylvain sera appelé, cette fois, à en être le représentant français pour interprétation d’une autre chanson « Please Wake Up ! ». Puis en novembre 2011, il se rend à Durban, en Afrique du Sud, pour participer à titre d’auteur-compositeur au Gala de la Conférence pour la Paix : World Vegan World Peace dans le cadre des pourparlers COP-17 sur réchauffement climatique.

Aujourd’hui défini par les traces de la vie, sa musique est le reflet de multiples influences à la fois inspirée des peuples natifs, de ses racines québécoises et des sonorités du monde. Sur des thèmes sentis sont exprimés des mélodies accrocheuses qui reflètent l’ampleur d’une démarche inspirée par la nature. Enfin en 2012, il entre en Studio avec l’arrangeur-réalisateur André Leclerc pour entreprendre la réalisation son premier album, Le grand marcheur du sable. Cette même année, il présente ses nouvelles chansons lors d’un concert en l’honneur du 25ième anniversaire du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles et retourne en studio jusqu’au printemps 2013 pour terminer l’enregistrement de 15 chansons. Tout  offrant quelques concerts corporatifs et privés à Montréal en en région, Sylvain Lamy prépare le lancement de son nouvel album prévu pour ce printemps 2014.